Schienenzeppelin: l’aérotrain avant l’heure et ses reproductions en modèle réduit

Le Schienenzeppelin, c’est-à-dire Zeppelin sur rails, est un véhicule ferroviaire automoteur propulsé par hélice conçu par l’ingénieur Franz Kruckenberg en 1929. Ce Schienenzeppelin, que Kruckenberg qualifiait d’« aérotrain » (Flugbahn-Wagen), demeura un prototype. En atteignant 230,2 km/h, il battit le record de vitesse sur rail, et le conserva 24 ans.

Outre sa propulsion par hélice, le véhicule se distinguait par une silhouette extrêmement aérodynamique, et notamment un nez très similaire à celui de certaines motrices de TGV modernes.

Structure métallique du Schienenzeppelin (DR)

Le prototype de Schienenzeppelin de Franz Kruckenberg fut construit en 1930 dans les ateliers expérimentaux de la Deutsche Reichsbahn à Leinhausen. Cet autorail à deux essieux était long de 25,85 m avec des essieux écartés de 19,6 m.

Son propulseur à hélice à deux ou quatre pales en frêne était mû par un moteur à 12-cylindres de type BMW VI, d’une puissance de 600 ch. L’arbre de transmission était incliné de 7 degrés vers le haut pour exercer une poussée légèrement oblique et contribuer à l’adhérence. On préféra utiliser l’hélice à deux pales, qui paraissait plus adaptée aux fréquences de rotation élevées, comme l’explique Franz Kurckenberg, ingénieur ferroviaire allemand chargé de la mise au point du Schienenzeppelin.

Alors que le Schienenzeppelin était en cours de fabrication, nous avons décidé, sachant que l’utilisation économique d’une hélice ne commence qu’à environ 200 km/h, d’introduire la transmission fluide pour autorail inventée par le professeur Föttinger en 1908. On en était venu à croire qu’elle serait supérieure à la propulsion mécanique ou électrique. En juin 1930, nous informâmes le professeur Föttinger de notre plan. En collaboration avec lui, nous avons rapidement commencé à concevoir une machine de 600 ch et avons pu commencer à la fabriquer dans notre propre atelier en avril 1932. En août 1932, le Schienenzeppelin est coupé juste derrière le train de roulement avant et la fixation d’une nouvelle tête avec un train de roulement à deux essieux, contenant les engrenages liquides Föttinger pour les deux sens de déplacement, est réalisée dans l’atelier de l’entreprise. propre atelier. À la mi-novembre 1932, nous avions testé avec succès le véhicule avec le nouveau type de transmission intégrale. Ce n’est qu’en avril 1933 que nous avons été autorisés à faire la démonstration de la voiture sur les lignes d’exploitation de la Reichsbahn. En novembre 1934, il est devenu la propriété de la Reichsbahn à des fins d’essais d’endurance.

Franz Kruckenberg : La trajectoire
Le Schienenzeppelin.à pleine vitesse

Le 10 mai 1931 le véhicule accomplit pour la première fois le trajet entre Plockhorst et Lehrte à 200 km/h. Il réalise ensuite une tournée de présentation à travers toute l’Allemagne.

Le 21 juin 1931, il parcourut en 98 minutes (de 15 h 27 à 17 h 5) le tronçon de 257 km entre Hambourg-Bergedorf et la Gare de Lehrte à Berlin. Pilotée par Kruckenberg lui-même, la machine atteint la vitesse de pointe de 230,2 km/h entre Karstädt et Wittenberge, battant le record de vitesse sur rail de l’époque et le conservant pendant près de 24 ans. Ce record n’avait pu être battu qu’en abaissant la masse à vide du Zeppelin à seulement 18,6 t, et construisant la structure portante de l’automoteur à partir d’une ossature d’aluminium, fermée d’une toile faisant bordage.

Dans le cadre du projet de standardisation des infrastructures ferroviaires du Reich (Breitspurbahn) suivi par Adolf Hitler en personne depuis mai 1942 et ce jusqu’aux derniers jours de la Seconde Guerre mondiale, la société de construction d’aéronefs Luftschiffbau Zeppelin poursuivra ses travaux. Elle dessina d’ailleurs en 1942 les plans d’un Schienenzeppelin à quatre étages. Mais finalement, le projet ne fût jamais poursuivi au delà du seul de prototype de 1931.

Le Zeppelin eut néanmoins une descendance méconnue : sa transmission diesel-hydraulique a servi de base de propulsion pour l’automoteur SVT 137 155 conçu par Kruckenberg, et dont le nez n’est pas sans avoir une certaine proximité avec le Zeppelin. Cet automoteur pouvait accueillir 100 passagers. Un seul exemple du SVT 137 155 a été achevé en 1938. Ce train express à trois sections a établi un record de vitesse de train de voyageurs conventionnel le 23 juin 1939 à 215 km/h. Le SVT 137 155 n’est jamais entré en service régulier et il a été mis au rebut en 1967.

Le SVT 137 155 (crédit Wikimedia Commons)

L’échec du Rail Zeppelin a été attribué aux dangers qui découlent de l’utilisation d’une hélice ouverte dans les gares bondées. On a aussi évoqué la concurrence entre la société Flugbahngesellschaft de Kruckenberg et les efforts séparés de la Deutsche Reichsbahn pour construire son propre « Fliegende Zuege » (train volant). Le Schienenzeppelin a cependant joué un rôle important dans l’évolution du transport ferroviaire de passagers à grande vitesse et continue d’attirer l’attention des passionnés de chemin de fer et des amateurs.

Les versions en modèle réduit

La reproduction Märklin avec son hélice fonctionelle

Plusieurs modélistes mirent au point des maquettes du Schienenzeppelin. On peut d’ailleurs voir des maquettes Märklin mises en scène dans le clip Trans Europa Express du groupe Kraftwerk ! Les maquettes à l’échelle du Schienenzeppelin étaient inutilisables pour les rayons de courbure typiquement trop courts des trains électriques, car les premières versions en modèle réduit ne disposaient que d’arbres simples, qui risquaient de se tordre.

Il est intéressant que le prototype grandeur réelle souffrait lui aussi de cette limitation et disposait pour cette raison d’un train avant orientable. C’est pour ce motif que les modèles réduits actuels sont plus courts que si ils étaient à l’échelle réelle ou prévus avec deux arbres moteurs.

Les différents modèles Marklin

(collection de l’auteur)

Märklin GmbH est une entreprise de référence dans l’univers du modèle réduit. C’est une société allemande fondée en 1859. Le système Märklin (qui exploite plusieurs échelles dont le Z, le HO et le O) est incompatible avec les matériels des autres constructeurs. Le système Märklin est basé sur l’usage d’un troisième rail inséré dans le ballast avec des picots dépassant de la voie pour assurer un contact électrique. Les deux rails extérieurs sont connectés électriquement. Ceci permet un câblage simplifié notamment sur les boucles de retournement. Le profil des roues Märklin est aussi différent (norme NEM 340). Et pendant longtemps, Märklin a été la seule marque à utiliser du courant alternatif pour ses trains à l’échelle H0. Dans les années 1960, Fleischmann, HAG, Röwa, Roco et d’autres ont produit des trains pour le système Märklin. Mais Märklin à également livré certains de ses modèles en mode deux rails HO classique.

Elle est la seule entreprise à fabriquer des modèles réduits du Zeppelin depuis 1932 (c’est à dire au moment même ou le prototype réel fût mis sur rails !). Les mises à jours successives des différents modèles comprend un ensemble impressionnant de références:

8876 Échelle Z

Version collector en acier chromée 8876 (photo DR)

Il s’agit de la seule version Märklin proche de la longueur réelle du prototype. Les versions H0 sont trop courtes de deux pouces et ont quatre essieux; adaptations qui étaient nécessaires pour faciliter le contournement des courbes très serrées qu’on peut rencontrer sur les chemins de fer miniature. La version 8876 à l’échelle Z a été fabriquée pendant une seule année an en 1982 pour commémorer le 10e anniversaire du modélisme ferroviaire à l’échelle Z.

88761 Échelle Z

En janvier 2010, Märklin a annoncé son intention d’émettre un autre Zeppelin à l’échelle Z pour commémorer le 175e anniversaire du chemin de fer en Allemagne. La production de l’unité a été retardée jusqu’en 2012, le 40e anniversaire du modélisme ferroviaire à l’échelle Z. Les différences entre les versions 2012 et 1982 incluent une finition extérieure (peinture mate au lieu de brillante) et des détails intérieurs ajoutés ainsi qu’un moteur d’entraînement à 5 pôles de dernière génération.

Modèle Z du Salon international du jouet de Nuremberg 2011

Märklin a distribué une version non motorisée du 88761 au Salon international du jouet de Nürnberg. Ce modèle comprenait des roues qui tournaient librement et une hélice arrière, mais il n’incluait pas de fenêtres transparentes, de détails intérieurs ou de moteurs pour l’engrenage d’entraînement ou l’hélice.

3077 & 8377 Échelle H0

La version à trois rails spécifiques du Zeppelin de chez Märklin (collection de l’auteur).

Le 3077 a été fabriqué de 1975 à 1990. Comme l’unité à l’échelle Z, il dispose d’un moteur séparé pour alimenter l’hélice tandis que le wagon est propulsé par un moteur conventionnel qui entraîne les deux essieux avant. Le 8377 était identique sauf qu’il était conçu pour être utilisé sur des systèmes CC à deux rails (par rapport au système à trois rails que Märklin utilise pour la plupart de ses modèles H0).

3477 Échelle H0

Le 3477 a été fabriquée en série limitée pendant l’année 1995 pour commémorer le 60e anniversaire du modélisme ferroviaire à l’échelle H0. Il est pratiquement identique au 3077, sauf : le 3477 a une finition brillante et des détails intérieurs le 3477 dispose d’un circuit Delta qui lui permet d’être utilisé avec les systèmes Märklin « conventionnels » (analogiques) ainsi qu’avec les systèmes Märklin numériques le 3477 a une hélice à deux pales argentée (le 3077 a une hélice à quatre pales en plastique).

On trouve les modèles HO entre 70 et 110 euros selon la version et sa rareté.

La référence 3077dans sa boite d’origine (DR)

37777 Échelle H0

En décembre 2010, Märklin a diffusé un Zeppelin à l’échelle H0 pour commémorer le 175e anniversaire du chemin de fer en Allemagne. Ce modèle reçoit la finition mate du 3077 et les détails intérieurs du 3477. Il dispose également d’un décodeur numérique mFX, d’un générateur d’effets sonores, d’un éclairage intérieur et d’une hélice à commande numérique.

39777 Échelle H0

En novembre 2021, Märklin a fabriqué une version mise à jour du Zeppelin en HO. Ce modèle est le premier modèle Märklin à l’échelle H0 à disposer d’un feu de position arrière rouge. L’électronique numérique mFX a été ajoutée avec des effets sonores réalistes, un éclairage intérieur et une hélice à commande numérique. Des figurines (passagers et conducteurs) sont également installées en usine.

SZ970 Échelle 0 (moteur mécanique) & S12970

MarKlin SZ970 en métal à l’échelle O (photo DR)

Le premier SZ970 a été lancé environ six mois après le record de vitesse du véritable Rail Zeppelin. Le SZ970 était propulsé par un mécanisme d’horlogerie presque identique à celui utilisé dans les voitures, avions et camions d’horlogerie que Märklin vend aujourd’hui. Le SZ970 a d’abord été vendu avec une hélice à deux pales puis avec une hélice à quatre pales. Les photos du prototype réel suggèrent que les deux types d’hélices ont été utilisés dans les essais de Kruckenberg. SZ12970 Échelle 0 (électrique) Le SZ12970 est presque identique au SZ970, sauf qu’il est alimenté par un moteur électrique. Il est probable qu’il ait également été d’abord vendu avec une hélice bipale puis avec une hélice quadripale. L’unité d’hélice à quatre pales avait également un feu rouge à l’arrière du train.

C’est aujourd’hui une pièce de collection qu’on peut en trouver en Allemagne pour un prix de 500 à 600 euros si il est en bon état.

SZ12971 Échelle 1 (électrique)

Nous n’avons pas pu trouver beaucoup d’informations sur ce modèle, mais il y en existe un exemplaire exposé au musée de Märklin à Göppingen, en Allemagne. L’échelle 1 permet un peu plus de réalismes que le O et donne un exemplaire très massif. Il est possible que ce modèle ait été vendu comme avec moteur mécanique. Une réplique du SZ12971 a été fabriquée en tant que petite série en 2006. Cette ré-édition identifiée par le numéro de catalogue 16075, a le même aspect extérieur que le SZ12971 mais ses composants internes ont évolués. Un décodeur numérique est notamment inclus pour permettre une exploitation ferroviaire sur un réseau digital.

Sources